mercredi 5 octobre 2016

La patte de l'homme invisible


Animation de Bill Domonkos ©
"Il est une personne qu'on ne reconnaît jamais parce qu'elle est constamment invisible, et c'est évidemment soi-même."

Clément Rosset, L'Invisible


"Écrivant à la main…"

Page manuscrite de Clément Rosset

" De mon côté, j’écris aussi page à page. Je n’ai pas de plan d’ensemble et ne fais pas de brouillon. Une page peut me demander une nuit entière de travail mais, après, je n’y touche plus. D’autre part, écrivant à la main, j’ai toujours eu l’impression d’exercer une activité proche de celle du dessinateur."

Clément Rosset, Tintin et les aventures du réel


"(…) Ce qui me pousse à faire œuvre de philosophe n'est pas seulement cette idée que la connaissance du pire ou la plus grande lucidité vis-à-vis de soi-même me paraît être une chose «bonne» (même si ce mot me semble suspect à cause de l'usage moralisant qui en est fait parfois), mais qu'un autre ressort me fait prendre la plume, qui n'a rien à voir avec le premier, et qui est un ressort ludique. Il s'agit bien évidemment du plaisir d'écrire, de ce plaisir de fabriquer et d'arranger les mots entre eux...

Je retire deux bénéfices de cet exercice, et j'espère que mes lecteurs en ressentent un des deux. D'abord un bénéfice de salubrité publique et intellectuelle et ensuite un plaisir de fabriquer que tout artiste ressent et que tout travail bien fait nécessite. Cela me procure, dans la lutte contre les mots et la matière, une véritable jouissance, équivalente à celle du vigneron de Jules Renard qui fait de son vin un miracle de l'art. Bien entendu, on n'écrirait jamais rien si on n'avait l'idée qu'il n'y a qu'une chance sur un million que ceci serve à quelque chose. Je ne veux pas pour autant faire preuve de fausse modestie car il n'y a rien de plus agaçant à mes yeux que d'entendre un individu que la publicité a porté aux nues ne cesser de dire qu'il n'est rien du tout ou le dernier des derniers. Je ne voudrais pas donner dans ce travers. (…)

"(…) Tout est affaire de mots. Et c'est pourquoi j'aime faire un montage d'éléments provenant de casiers hétéroclites. Une critique qui pourrait m'être faite et qui ne me causerait aucun déplaisir, puisqu'elle montrerait que la personne a compris, sinon le message, du moins ma manière de procéder, serait de dire que mes livres ne sont que des citations mises bout à bout et agrémentées d'un propos personnel. Mes livres sont effectivement courts et la plupart du temps ce n'est pas moi qui parle... J'aime beaucoup imiter Luciano Berio qui fait en musique des collages de partitions différentes. Mais n'y voyez pas là une provocation ! Certains pensent qu'entre deux citations de Heidegger faire intervenir un mot d'un album de Tintin et Milou est une manière de se moquer du monde, et de Heidegger en particulier. Au contraire, je ne vois pas en quoi ce serait amoindrir Heidegger que de le faire succéder ou précéder par Hergé. Je pense en outre qu'il y a une profonde pertinence dans ce rapprochement qui me sert à éclairer ce que je veux dire." 

Clément Rosset, Entretien avec Sébastien Charles ©
On peut lire la totalité de cet entretien ici

3 commentaires:

Lucm Reze a dit…

J'ai passé l'après-midi seul chez moi à faire des petits dessins. Désœuvré dirait mon taulier. Partager avec Clèment Rosset ce « plaisir de fabriquer et d'arranger » ma petite œuvre me réjouit. Salutations oisives.

Louis Watt-Owen a dit…

Cher Lucm Reze,
Salutations d'un autre oisif majeur !
Le Singe espère que les vôtres, de mains, sont guéries !
Merci de votre attention à ce blog, et de votre lien.
Persévérez dans le désœuvrement sublime.
Bien à vous
L. Watt-Owen

Lucm Reze a dit…

Cher Louis Watt-Owen,
Même si la cicatrisation est longue (cela me dispense de vaisselle) les mains vont mieux, merci.
Merci pour vos encouragements à suivre ma nature indolente et merci pour le lien sur votre blog prestigieux.
Je ne voudrais pas vous fâcher, trêve de merci.
Lucm