mercredi 29 septembre 2010

Juvenilia


Premier cahier, 1962,  © L.W.-O. (click to enlarge)

Enfin commencé l'inventaire d'un demi-siècle de paperasses en vrac !


9 commentaires:

antoine brea a dit…

Cette natte ressemble quand même furieusement à un extra-terrestre. Vous n'aviez pas été enlevé, dans les semaines qui précèdent ?

v.d. a dit…

Un peu de saleté ! enfin

Louis Watt-Owen a dit…

Cher "V.D.",je serais curieux de savoir ce que vous entendez par "saleté"…
De même que je n'avais pas, dans un de vos commentaires précédents, si vous réclamiez plus de Bouvard et Péuchet ou "plus du tout".
En tout cas je vous remercie de votre attention à mes laconiques activités cybernétiques. L. W.-O.

Louis Watt-Owen a dit…

Cher carabinier Brea,
Non, je n'ai pas été enlevé, mouflet, par les extra-terrestres, mais, tout au contraire déposé par eux dans ce coin de montagne à vaches, dans les choux comme on dit, vagissant nourrison d'outre-monde. Venu d'ailleurs, j'ai dès lors été recueilli et élevé par de drôles d'humains pas trop regardants, comme une sorte d'animal de plus. Quant à la "natte" elle ressemble à ces champignons hallucinogènes que je suçotais en gardant les vaches. Merci de vos attention fidèle à La Main de singe. L. W.-O.

Louis Watt-Owen a dit…

(suite) : mes fautes de frappe dans ces commentaires témoignent de la puissance hallucinagène de ces champignons, encore active. L. W.-O.

thoams a dit…

le portrait vert en vignette illustre le propos. Un alien vert de rage et de sève psylocibique. salutation d'un autre étranger intime.

Romain a dit…

Moi, je vois dans cette natte un descendant de Meidosem. Échappée des cordages, des lances enchevêtrées, des lianes et ballots. Il ne leur manquait que cette apparence-là. Merci!

V.D. a dit…

Bonsoir,
Désolé, si mes commentaires, doués d'une très grande subtilité, vous ne pouvez les comprendre. Non je rigole. Il faudrait plutôt dire que les inepties qui m'habitent à certaines heures de la nuit ce sont rendues jusqu'à vous. Or, si vous vous êtes senti insulté, il faut savoir que ce n'était nullement mon intention. Vous voilà avec ma figure de style coquille vide ! Enfin, Bouvard et Pécuchet n'était pas la cible d'un « plus du tout », au contraire.

V.D. L'enfant d'une époque incohérente

Louis Watt-Owen a dit…

Cher VD,
Je ne me sens nullement "insulté", rassurez-vous, et bien au contraire je goûte vos commentaires attentifs !
Je voulais seulement savoir ce que vous entendiez par "saleté", car me turlupine aussi cette affaire de litière de paperasses sur laquelle je me vautre sans la relire. Hésitant entre la saine lubie de tout bazarder à la poubelle sans relire ou cette autre lubie d'en faire l'inventaire, je considère moi aussi qu'il s'agit d'ordures "domestiques", souvent peu ragoûtantes. Ma répugnance à y plonger enfin les mains et les yeux me répugne elle aussi. A quoi bon conserver de telles reliques encombrantes, dont j'ai tout oublié, et qui mèle courriers non-ouverts et notes furtives, photos de famille froissées et manuscrits sublimes des amis morts, archives de la revue La Main de singe et billets de banque périmés, relevés bancaires non lus et lettres d'anciennes maitresses ? De fait la question de la saleté, je me la pose d'abord à "moi-même", ce pauvre type, ce Job qui se roule des clopes toute la sainte journée dans du papier neuf.

Pas de malentendu donc ! Sauf entre mézigue et ma pomme !

L. W.-O.