mercredi 29 février 2012

Rouleaux de la mer morte

Moby Dick par L. Watt-Owen © 2005 / click to enlarge

Moby Dick sur PQ / click to enlarge

Moby Dick sur PQ / click to enlarge


"21.3.1946 : sur papier cul britannique." 

Ainsi débute le légendaire Brand's Haide d'Arno Schmidt (Éditions Christian Bourgois) dans la traduction de Claude Riehl (et pas peu fier, je ne manque pas de rappeler illico que les premières pages en parurent en bonnes-feuilles dans La Main de singe, en 1992, "car si c'est pas moi qui le dit qui le dira ?" comme disait l'autre — j'en donnerai en ligne le scan dès que je retombe dessus). 
Et la légendaire légende du terroriste verbal de Bargfeld veut qu'effectivement ce ne fut pas une légende : ce maniaque dactylographe (alors encore sur robuste Orga-Privat) dut "tailleprouailleter" ses premiers récits sur ledit papier-cul britannique, faute de trouver mieux comme article de papèterie à la fin de la guerre. Je me souviens même de les avoir vus et tripotés, ces tapuscrits, dans son bunker de Bargfeld avec Claude Riehl, en 1992 justement (mais comme nous étions sous trip de Ratzeputz, éclusé à l'auberge Bangemann, je ne peux pas certifier tout ce que nous avons vu, et que je raconterai bientôt en publiant le journal de cette visite posthume burlesque à Schmidt)…
Brèfle…
Voilà une nouvelle qui intéressera ces deux pensionnaires des Élysées, l'Ermite de la lande et l'Ermite de Lingolsheim, pas forcément copains-copains j'imagine, mais, attablés au Cabaret de la Dernière Chance, sirotant de concert des godets du même alcool de genièvre à 90° en grommelant des "Par le Grand Renard !", "We are not amused !" et autres " Tête-de-mort !" en parcourant ce blog  — cette nouvelle donc les distraira :

Les enchères semblent avoir grimpé jusqu'à mille dollars sur eBay pour cette édition (à un exemplaire) de Moby Dick dactylographié sur des rouleaux de papier hygiénique. (Voir nos photos)

J'entends d'ici les "Hermann ! Tu payes la tournée générale ?!"

Tout ça pour dire qu'on n'a pas fini d'entendre causer de Claude Riehl et d'Arno Schmidt sur La Main de singe. Je ne suis certes pas le plus mal placé pour évoquer ces deux cocos et ce qui s'en dit généralement ailleurs m'agace le plus souvent. 
L. W.-O.

1 commentaire:

Mike Hammer Papatam Andropov a dit…

Je crois que j'ai encore beaucoup de choses à apprendre.