samedi 17 octobre 2015

"Voilà à quoi je pensais, dans mon caniveau…"







click to enlarge
Photos de Steve Powers ©

Son site :
http://www.firstandfifteenth.net


" (…) L'humanité m'a toujours écœuré. Et ce qui m'écœure le plus, tout le cirque des familles, y compris le mariage, j'ai le pouvoir et je te protège, et de fil en aiguille cette lèpre gagne du terrain : le voisin de palier, de trottoir, du quartier, de la ville, du département, de la nation, chacun se raccroche au cul de l'autre, pétant de trouille et de connerie, comme une abeille au fond de son gâteau de miel.
Voilà à quoi je pensais, dans mon caniveau, où ils m'avaient laissé brailler. (…)
J'avais juste à rentrer chez moi, à trente mètres, pas plus de trois millions d'années-lumière. Encore deux minutes et j'arriverais à me lever. Plus j'essayais, mieux je me sentais. Un vieux pochard est capable de tout, si on lui laisse le temps. Une minute, encore une minute. J'y serais certainement arrivé. (…)"

Charles Bukowski, Le grand mariage zen
Trad. J. -F. Bizot

BONUS

2 commentaires:

Luc-Antoine MARSILY a dit…

Cher Monsieur,
Ce n'est pas un blog que vous avez. Mais une mine, un gisement, une cave aux trésors !
Schiffter, qui jamais ne se trompe, me fût une fois de plus, de bon conseil. Remerciez-le pour moi.
Je reprends donc depuis le début. Et me suis arrêté cette nuit sur un bijou mêlant Nietzsche et Céline.
Superbe.
A mon tour de dire merci, ne serait-ce que pour ces lignes.
La Corse est loin de Dieppe. Je vous en serre néanmoins cinq.

Tartiplume dans la Lune a dit…

Wahou.... C'est vrai que c'est bien +++ qu'un blog. Bravo